Accueil Plan du site Contact FAQ's   Español English
Présentation Accords Etudes et colloques Appel d'offres Etapes du Projet Téléchargement
Navigation : Accueil > Présentation > Note d'information
  Présentation
Note d'informations
Comité Mixte maroco-espagnol
SNED
SECEGSA
  Réservé aux Professionels
Login
Password
 
>> Je veux m'inscrire
  Vidéo
Vidéos :       2005 2008      
 
  Présentation Télécharger la note d'information
 

Note d’information sur le projet de tunnel entre l’Europe et l’Afrique
à travers le Détroit de Gibraltar


Introduction  

Objet du rapport

Le présent rapport traite succinctement du cadre institutionnel dans lequel se déroulent les études, des principaux résultats des investigations du milieu physique de la zone d’élection du Projet, des solutions de base étudiées en donnant des indications précises sur la variante la plus avantageuse du point de vue technique, financier, fonctionnel et de protection de l’environnement, en l’occurrence le tunnel foré ferroviaire, de quelques données sur les prévisions du trafic à travers le futur ouvrage, des aspects socioéconomique et juridique ainsi que d’une première ébauche du montage institutionnel et financier pour sa concrétisation. Il présente également les principales activités programmées en 2006 pour finaliser les études du projet.

Cadre institutionnel

Les études de la liaison à travers le Détroit de Gibraltar ont été lancées conjointement par le Maroc et l’Espagne sur la base d’un accord de coopération bilatérale, signé le 24 octobre 1980. Un accord additionnel actualisant le premier a été signé le 29 juillet 1989. Ce dernier a été établi à la suite des résultats encourageants enregistrés dans le développement des études et des travaux de reconnaissance à l’occasion du dixième anniversaire du lancement des études du Projet.

Si le premier accord visait essentiellement l'étude de faisabilité du Projet, le second accord a ouvert la voie aux deux pays en vue d’établir une coopération plus élargie pour la construction de l’ouvrage et de ce fait, a donné un nouvel élan au développement des études par la réalisation notamment, d’importantes investigations géologiques et géotechniques par des ouvrages expérimentaux en vraie grandeur et par des forages profonds en mer.
Les accords de coopération ont institué un Comité Mixte intergouvernemental et deux Sociétés d'études, SNED1 au Maroc et SECEG1 en Espagne. Le Comité Mixte est l’organe de direction et de supervision des études.
l approuve le programme de travail et les résultats qui en découlent et décide des étapes à franchir.

Les Sociétés d’Etat constituent quant à elles, les organes d’élaboration des programmes des études et de leur mise en oeuvre de manière conjointe. Enfin, l'ampleur des investigations et des recherches à réaliser et leur diversité ont amené les deux sociétés, dès le lancement des études, à y associer les institutions scientifiques et techniques nationales et internationales.

La mise à contribution de ces organismes a été l'un des gages du bon déroulement des études du projet ; ce qui a contribué à son tour, au développement de la recherche scientifique et technique et a ouvert de nouvelles perspectives de coopération dans ce domaine.

L'esprit de coopération qui a toujours prévalu entre les partenaires a permis de parvenir à des conclusions communes et a présidé à l'élaboration de toutes les études, conformément aux plans de travail approuvés par le Comité Mixte.

Résumé du processus d’études

Dans un premier temps, le processus des études a principalement concerné l’acquisition des données de base, puis le développement d’études dans les cinq domaines d’activités suivants :

milieu physique, études techniques, milieu socio-économique, études juridiques et institutionnelles puis relations externes. Des solutions techniques de traversée, dont quelques unes sont inédites, ont été proposées, développées par le lancement d’une série d’investigations et d’études, puis comparées entre elles sur la base d’une analyse multicritère.

Après cette étape, les études ont abouti en 1996, à la formulation technicoéconomique de l'alternative de base du Projet, consistant en un schéma de tunnel ferroviaire foré sous le fond du Détroit, fonctionnellement similaire à celui du Tunnel sous la Manche.

Cette formulation présente des résultats encourageants concernant la faisabilité du Projet. A noter l’homologie géologique parfaite des terrains flyschs qui constituent les rives du Détroit ainsi que le substratum de la zone immergée.

La formulation de l’alternative de base réalisée en 1996 et définie à partir du niveau de connaissances disponible à l'époque, comportait des réserves concernant notamment la confirmation de certaines hypothèses géologiques sous-marines, qui ne peuvent être levées que par l'utilisation de méthodes onéreuses de prospection par forages profonds en mer, dont la réalisation devrait être en tous cas fondée sur des perspectives raisonnables de faisabilité générale.

De ce fait, le processus d'étude a été orienté à partir de 1996, dans le but de lever les incertitudes géologiques existantes et d’actualiser, en conséquence, la formulation technique et économique du Projet, en tenant compte particulièrement de la prévision des trafics utilisateurs et du coût de construction.

Après une première tentative peu concluante, le processus d’investigation en mer par des forages profonds, a été poursuivi par le lancement en 1997, de la campagne dénommée Bucentaur 97.
Celle-ci a permis de réaliser des performances exceptionnelles en la matière, tout en révélant l’existence, au centre du Seuil du Détroit, de formations géologiques quaternaires relativement perméables qui seraient adverses à la construction de la solution tunnel et dont il faudrait définir les contours et les épaisseurs.

Une deuxième campagne de forages profonds, Norskald 98, puis une troisième campagne Kingfisher 05, ont été réalisées, respectivement, en 1998-99 et en 2005. Les résultats obtenus de ces campagnes ont confirmé des perspectives favorables quant à la possibilité d'adapter l'alternative de base aux nouvelles conditions géologiques, par un abaissement raisonnable du tracé initialement prévu, et ce, afin d’éviter la traversée par le tunnel, des sables bioclastiques supérieurs, potentiellement perméables.

Les contours de ces sables seraient limités à 120 m de profondeur sous le sol sous-marin ou à 400 m sous le niveau de la mer (les derniers forages effectués n’ont plus rencontré de sables bioclastiques au-delà de cette limite).

 La finalisation à l’horizon 2006-2007 de l'étape en cours, sera clôturée par une étude d’évaluation globale intégrant les résultats des études actuellement en cours, notamment la reformulation du Projet de tunnel à travers l’actualisation de l’aspect technique de l’ouvrage, les études de prévisions de trafic, des impacts socio-économiques et environnementaux de l’ouvrage et des aspects juridiques, en vue de lancer le processus de réalisation du tronçon sous marin de la galerie de reconnaissance à l’horizon 2008, conformément aux orientations des deux gouvernements marocain et espagnol.

3 Les résultats des études du projet et les perspectives de son développement ont été présentés, à Tanger le 19 janvier 2005, à Leurs Majesté les Rois Mohammed VI du Maroc et Juan Carlos 1er d’Espagne qui ont manifesté un intérêt particulier à sa réalisation, donnant une grande dynamique aux études. Solutions

  Télécharger la note d'information   Haut de page



 
sned@sned.gov.ma © Copyright SNED & SECEG - 2006 - correo@secegsa.com